Blog

Yin et yang
Tantra Yoga, l’Union

 

Tantra et Yoga

Origines

L’origine exacte du Tantra reste relativement floue. L’on trouve les premières traces de pratiques tantriques au VI ème siècle, dans les écoles shivaïstes et shaktistes ; dans de nombreuses branches du bouddhisme, comme le boudhisme Mahâyâna (en Chine, Corée, Japon, Vietnam) et dans le bouddhisme Vajrayâna (au Tibet ou en Mongolie).

Les Tantra (textes) ont été écrits après les Véda et sont d’ailleurs quelquefois appelés « cinquième Véda», apparaissant comme une réactualisation de la « Loi » de l’époque.
Ils sont considérés comme les livres les plus ésotériques de la tradition hindoue et ont la particularité de s’adresser à tous, sans distinction de caste.  Les Tantra sont écrits sous forme de dialogues entre divinités masculine et féminine.
Le Tantra serait donc « officiellement » apparu il y a environ 1500 ans, suite à une forme d’essoufflement de la plupart des courants religieux en Inde. Il s’inscrit en quelque sorte, comme un renouvellement des cultes et des pratiques sacrées, en les adaptant à son époque et n’hésitant pas à balayer certaines pratiques ou croyances ; à modifier les rites, en leur donnant plus d’efficience, tout en conservant l’essentiel.
Mais il semblerait qu’une transmission orale de la philosophie du Tantra ait déjà eu lieu 2000 ans av J-C (soit 3500 ans plus tôt que l’écriture des textes), amenée par un clan Indo-européen, venu du Nord (probablement l’Iran).

Philosophie

Le mot « tantra » est constitué de deux racines sanskrites : Tan (racine de Tanoti, signifiant expansion, fusion, tissage – de la conscience) et Tra (racine de Trayati, signifiant libération – de l’énergie).
« Serait tantrique tout homme qui assume la vie dans tous ses aspects, purs et impurs, sans fuite d’aucune sorte, et qui, pour retrouver l’esprit, se fierait davantage à la nature qu’à l’esprit lui-même. Serait tantrique tout homme qui percevrait l’univers au niveau énergétique et vibratoire plutôt qu’en formes classées et jugées selon un bien et un mal. Serait tantrique tout homme -et éminemment toute femme- pour qui jouissance et délivrance ne s’opposeraient pas, mais se magnifieraient l’un l’autre. » (extrait des Cent douze méditations tantriques : Le Vijnana-Bhairava Tantra, Pierre Feuga – éd. Accarias)

Principes

Le Tantra est une voie de transformation intégrale de l’être humain, qui s’établit par le corps et les sens. Il est fondé sur la théorie d’un univers construit sur deux principes symbolisés par le couple ; le tout formant Un.
Ce Grand symbole homme/femme, ces deux principes polaires représentés par Shiva (principe masculin – conscience, esprit pur, lumière ) et Shakti (principe féminin – énergie, puissance du désir de la libération), consiste en une technique de réunification entre l’énergie masculine et l’énergie féminine. Il a pour but de restaurer l’Androgyne suprême. (Retour à la non dualité).
Il est important de préciser que la notion de sexe, dont on entend fréquemment parler dans les univers tantriques, est placée sur un plan spirituel et relève du sacré.
Le tantrisme a réinstauré le concept de désir (Kama), comme principe originel de création, propre au védisme, en en faisant une voie de libération (moksha), alors que le Brahmanisme avait développé l’ « idéologie de la rétention ». Cette libération s’acquiert à la fois par des pratiques yogiques, des rituels et ce désir (énergie motrice) d’aspirer à la spiritualité.
Sa réalisation a la particularité de se faire au sein de la société et non plus au fond d’une grotte, en bon ascète qui se respectait.

Lien de parenté avec le Yoga

Le mot Yoga vient de « jug » racine sanskrite, signifiant : joindre, unir (le corps, le cœur et l’esprit).
Il vise la mise en relation avec son intériorité, l’union corps et esprit, être humain et univers. Basé aussi sur le principe de non dualité, il tend vers la libération des conditionnements de l’existence.
Prenant sa source en Inde, le Yoga date d’environ 5000 ans et se pratique sous différentes formes évolutives, s’appuyant sur les cultures du Védisme, du Brahmanisme.
Si les premiers textes de référence, les Upanishads, datent du VII° siècle avant Jésus-Christ, c’est Patanjali3, au II ème siècle de notre ère, qui structurera d’une certaine façon la philosophie du Yoga (Yoga Sûtras)
Tantra et Yoga visent le même objectif, en empruntant toutefois des voies différentes. Tous deux se fondent sur l’action, sur la méthode et la technique. Cependant, si le yoga est la voie de la volonté, du guerrier, du dépassement de soi, le tantra se situe plutôt dans l’abandon, sans opposition entre la réalité et nous mêmes. Faisant partie de cette réalité, aucun besoin de lutter.
Le yoga a souvent tendance à lutter «contre» l’énergie sexuelle, alors que le tantra l’utilise et la transforme. Il invite à vivre nos désirs en pleine conscience, à nous accepter tels que nous sommes.
Pour le tantra, absolument tout est sacré. Tout est une question de pratique en conscience.
Selon Osho,4 le yoga est l’énergie tournée vers l’extérieur, alors que le tantra est l’énergie tournée vers l’intérieur.

Plus largement, ailleurs

Globalement, les philosophies orientales considèrent la sexualité comme un élément fondamental du développement physique, psychologique, émotionnel et spirituel. Dans ce contexte, la sexualité est considérée comme sacrée, participant à une véritable transformation intérieure capable de mener à l’Éveil5.
Du côté du Tao
Il y a plus de deux mille ans déjà, les médecins taoïstes soutenaient les bienfaits des rapports sexuels sur la santé physique et mentale des personnes. Les principes essentiels du tao, dans ce domaine, résident sur le contrôle de l’éjaculation et l’orgasme féminin. L’énergie et l’élan sont à la source de toute vie. Le but recherché est la longévité et l’harmonie de la vie
La connotation sexuelle était puisée dans la nature elle-même (Terre élément Yin, Ciel élément Yang). L’interaction des deux éléments forme le tout, tout comme l’union de l’homme et de la femme crée l’unité. Les forces se manifestent par couples complémentaires : Soleil-lune, jour-nuit, chaud-froid, inspiration-expiration, vie – mort, feu-eau…
L’ouvrage de référence est le Tao tö king, livre contenant les préceptes recueillis par Lao-Tseu
Mais encore
Dans de nombreux autres lieux, nous pouvons trouver des approches ou des philosophies tout à fait similaires, faisant référence à la sexualité divine. Nous ne citerons que : Hermès Trismegiste, puis l’Alchimie chrétienne médiévale (qui représente le principe masculin et féminin par le souffre et le mercure), le Boudhisme zen, Imsak dans la médecine arabe, etc.

Le Tantra aujourd’hui

Si le Tantra remporte un si grand succès aujourd’hui encore, c’est grâce à une philosophie invitant à la liberté, par une approche individuelle du monde et de soi, plutôt qu’à travers une organisation religieuse. Il prône l’expérimentation, voire la transgression, plutôt qu’un ascétisme exacerbé. Il constitue la voie de l’action et préfère l’élan à la repentance.
Il semblerait que notre époque contemporaine connaisse en Occident, un essoufflement dans de nombreux domaines : religieux, social, économique, politique. Ce phénomène pourrait être comparé à celui connu 15 ou 16 siècle plus tôt en Inde. La philosophie tantrique serait-elle plus que jamais à l’ordre du jour ?
Si les fondements sont toujours d’actualité, sa forme mérite certainement d’être adaptée à notre époque et notre civilisation, tout comme cela a été le cas il y a 1500 ans.
La place et le sens du couple ont toujours été le chantier incontournable de recherches, en ces périodes clés de changement, à travers le monde et le temps. Que ce soit le Tao, l’Hermétisme ou le Tantra, la recherche de solutions pour contrer les malaises, usures, ennuis… rencontrés dans le couple au détriment de sa réalisation divine.
Notons que malheureusement, le Tantra a subi certaines formes de dérives ou de récupérations dans le monde occidental, alors qu’il ne consiste en aucun cas à une forme de libertinage, mais bien à la transformation de l’énergie sexuelle, la transmutation, la sublimation, l’élévation.
Le tantra nous invite à dépasser les obsessions, qui ne manquent pas dans notre société, les tabous inculqués par certaines religions ayant associé le sexe au pêché, les frustrations. Le tantra nous conduit vers la liberté, la guérison, l’union avec nous-mêmes, l’équilibre entre homme et femme.

Exemples d’effets et potentiels de la pratique du Tantra

Tendre vers une paix intérieure, la santé, l’Amour, le bonheur, l’extase
Trouver la vérité, le sens de la vie, le changement, compréhension de soi
Rééquilibrer les polarités féminin – masculin (Yin – Yang)
Développer une sexualité épanouie.
Se comprendre et se libérer de son ego.
Atteindre la voie de l’Union et de non-dualité. (Samsâra – monde de l’illusion et Nirvana – monde divin de l’extase, ne font qu’un)
Avoir un mental, un corps et une âme agissent comme Un seul
Elargir et élever sa Conscience
Briser les blocages qui entravent notre bonheur
Développer une vision juste de l’Univers
Cultiver une puissance de transformation dans tous les domaines.
Augmenter l’ensemble de ses qualités et capacités
(…)
© Franck Kuntz (janvier 2020)